sprechgesang
Accueil du site > Courts > La faute, la grimace et le vers de terre

La faute, la grimace et le vers de terre

lundi 7 mai 2007

Monsieur je vous licencie pour fautes graves, lourdes et inadmissibles. En conséquence vous ne faites plus partie du personnel de la maison. Les raisons du licenciement vous privent de tout droit à indemnité. Néammoins, dans le chèque joint seront inclus vos congés payés. Moins les 500 francs manquants dans votre enveloppe de recette et que vous avez promis de rembourser. Ci-joint un chèque, un certificat de travail et une fiche de paie. Salutations distinguées.

Entre Coupez ! et l’arrêt de la caméra il reste des images qui n’appartiennent à personne. Entre Coupez ! et l’arrêt de la caméra il y a comme une grimace qui devrait n’appartenir à personne. A la projection des rushes, le directeur de la photo se retourne. On se regarde et son regard replace la grimace sur ma face.

C’est comme enlever les vers au fur et à mesure qu’on bêche la terre. Il a fait comme ça quand il était gamin. On lui a dit d’aller bêcher et lui, à chaque coup de bêche, il ramassait les vers pour nettoyer la terre. Et il les jetait dans la brouette. Et plus il en ramassait plus y en avait. Quand on sait qu’il y a entre 300 000 et 4 millions de vers de terre par hectare, on se dit qu’il n’a pas fini. Alors, il a renoncé à bêcher à défaut de nettoyer la terre.

{process=oui}