sprechgesang

métro de Rennes

mardi 6 juin 2006, par Erwan Tanguy

Dans le bruit assourdissant
Attendre
Patience
A quelle profondeur sous terre
Derrière surprendre quelques mots
Des conversations inaudibles
Je ne veux pas les entendre

Ici hier, dans une rame identique, la même peut-être, déjà je faisais le même trajet, déjà la caméra filmait la même distance entre deux stations, des stations étrangères, je n’y descends jamais, j’attends, qu’elles passent, que les portes se ferment, que la machine redémarre, que la rame qui me transporte vers ma destination m’y amène rapidement, une station perdue entre les autres, entre tous ces bruits, ces gens, qui circulent

Des cris etouffés
N’entends-tu pas
Des cris de bêtes
Mourantes
Affamées

Ici hier déjà, je voulais filmer mon reflet dans le pare-brise qui fait face à la voie qui défile, un autoportrait de mes déplacements quotidiens, de ces déplacements qui me permettent par la suite d’écrire, je voulais faire une série d’ autoportrait de ma gueule du matin avant que le travail ne commence, une suite que j’aurais compilée ensuite dans un fichier image où les images se succèdent les unes aux autres, mais je n’ai que ce petit bout de film merdique, rien d’autre

P.-S.

à suivre

{process=oui}