sprechgesang
Accueil du site > ...Et tout le reste est littérature. > Photographie > Emprunte la voie - photographie (...)

Emprunte la voie - photographie 3

lundi 4 juillet 2005, par Erwan Tanguy (Date de rédaction antérieure : 30 juin 2005).

Emprunte la voie - photographie 3
Roumanie 20 juin 05
Le Monde_____________
Les cheminots roumains entament leur treizième journée de grève, ici à la gare du Nord de Bucarest, pour réclamer l’arrêt des licenciements et de meilleures conditions de travail.

Voie - quelle voie - la voix - suffit de l’écouter - voie A - la destination - voie A - je ne sais pas - voie B - ça change - je n’arrive plus à suivre

Quel chemin emprunté quand toutes les voies communiquent - je vais voie A - toi voie B - nous nous retrouverons - ainsi

Et entre les voies - je n’entends rien - quelles voies - non entre - entre voie A et voie B - No man’s land - friche industrielle - non - terres abandonnées aux herbes mauvaises - chevauche - où - suis les voies

Voie A - non - voie B - non - essaie encore - trouve la voie - emprunte - non pas les chemins de traverse - chevauche les voies - marche entre - les nulles part où personne ne vit - personne n’habite

des voies - sans train - le voyage est dans ta tête - choisis un axe - choisis quelques alternatives - vas-y - suis la voie - même si elle emprunte d’autres voies - voie F - là-bas - au loin - voie transversale - nommons-là voie 1 - mieux - elle rencontre toutes les autres

Imagine - long couloir où il n’y a que des voix - à perte de vue - multitudes de choix mais aucune destination - il n’y a plus que des chemins interminables - les voies s’enchevêtrent à perte - de vue de sens de raison - pour chaque possibilité un train et ses voyageurs - Voie A encore - mais le train bifurque au premier échangeur - au premier croisement - regarde les lignes de ta main - elles finissent par disparaître - Voie A - train couchette - vers un long sommeil

Nous prenons le train le plus étrange, celui qui fait le voyage intégral, qui passe partout, essaie toutes les possibilités, quitte à revenir sur ses pas une fois un chemin épuisé. Voie A d’abord jusqu’à la voie F, puis ensuite toutes les voies transversales, voie 1 & 2, nous allons partir pour longtemps, les yeux grands ouverts, éveillés et lucides. Nous espérons avoir assez d’une vie pour arriver jusqu’au bout.

(Sylvian Bruchon) On ne part pas de rien, de n’importe où, ça vient toujours de quelque part, il faut que ça vienne de quelque part, autrement ce n’est pas la peine, on bricole, c’est ça qui ne va pas, on bricole, on ne voit rien, on ne regarde pas, on ne voit pas assez de regard, c’est dedans que ça se passe, fermé sur soi, on marche sans regarder comme traverser, il y a ceux qui disent qu’ils n’arrêtent pas et qui n’arrêtent pas de le dire et ceux qu’on n’entend pas et qui n’arrêtent pas une minute, on voudrait leur dire, à ceux qui le disent comme à ceux qui ne le disent pas, on voudrait leur dire de rester un peu plus longtemps, pour voir mais ils n’ont pas une minute à eux pour le dire comme pour le faire, ils marchent sans regarder par où ça passe, le monde qui n’est pas parti de rien, il faut bien que ça vienne de quelque part, sans ça : à quoi ça sert ?

(...)

{process=oui}