sprechgesang
Accueil du site > Les auteurs > Erwan Tanguy > articles > 2003 - Carhaix = poubelle culturelle

2003 - Carhaix = poubelle culturelle (juillet 2003 - conflit intermittent)

mardi 12 août 2003, par Erwan Tanguy

Date : Mon, 21 Jul 2003 20:55:37

Objet : Carhaix = poubelle culturelle

Il me semble important de clarifier certains points puisqu’aujourd’hui Les Vieilles Charrues ont lieu.

Non, Les Vieilles Charrues ne soutiennent pas le mouvement des intermittents, car compte tenu des enjeux politiques, artistiques, économiques aussi, ils ont préféré continuer pour l’appât du gain. Qu’importe les prétextes qui ne sont pas différents des autres festivals, et des nombreuses compagnies qui ont dû, la mort dans l’âme, annuler leur spectacle pour s’opposer au gouvernement et au protocole.

Il n’est plus supportable de voir les organisateurs de ce festival se cacher derrière un forum social, où se mélangent alter-mondialistes et nationalistes bretons, tout en faisant des bénéfices par l’utilisation abusive de bénévoles. Il est bon de rappeler que ce festival, qui d’ailleurs perçois des subventions, donc n’est pas complètement privé, amasse de lourds bénéfices qui, paraît-il, subventionne la culture autour de Carhaix. Mais de quelle culture parle-t-on ? Si cet argent sert à financer des journaux du type "Bretagne Hebdo", il y a de quoi s’inquiéter ! Il suffit de lire ce torchon pour se rendre compte de ce qu’il nomme culture.

Non, les intermittents ne doivent pas s’associer à cette manifestation en participant au forum. Nous ne défendons pas la même idée de la culture, ces usines à fric sont à l’opposé de nos rêves, de nos désirs et de notre réalité. S’associer à ce festival signifierait cautionner ce genre de pratique détestable. Si un festival comme Les Vieilles Charrues dit soutenir les intermittents ce n’est que par misérabilisme. Les personnes qui se cachent derrière ce festival utilisent la misère des gens pour nourrir les leurs, eux les victimes de l’Etat français et jacobins, etc. En réalité, ils n’en ont que faire du théâtre, de la musique, si ce n’est pour faire des bénéfices et obtenir la sympathie des jeunes, des divers mouvement de gauche, pour insidieusement faire passer leur projet et leurs idées.

Alors qu’il est nécessaire encore aujourd’hui de maintenir une forte pression sur le gouvernement, ceux-là même qui s’en disent perpétuelles victimes, ne font rien, si, ils font marcher l’usine à fric. Quelle surprise ? Sont-ils si lâches ? Non, juste cela ne les concerne pas, c’est aussi simple que cela, ils ne se considèrent même pas français, pourquoi devraient-ils s’impliquer dans la vie politique et culturelle de ce pays !

C’est pour cela personnellement que je n’ai rien à faire à Carhaix, je ne partage rien avec ces gens-là. Et si les musiciens français qui y passent, le public qui y va, fait la sourde oreille, je ne peux que désespérer, mais aller me battre ailleurs, là où ça vaut la peine.

Et pendant que la France s’inquiète pour sa culture, son éducation, sa santé, à Carhaix, ils font la fête, tous persuadés de faire quelque chose pour le monde alors qu’ils ne font que regarder leur nombril en s’abreuvant de communautarisme.

{process=oui}