sprechgesang
Accueil du site > Les auteurs > Erwan Tanguy > Blog > "Décale-toi !" en tournée > 13 avril - départ et arrivée à Brest

13 avril - départ et arrivée à Brest

jeudi 28 avril 2005, par Erwan Tanguy

Je dois avouer que pour la première fois de ma vie je pars jouer à reculons... et pourtant j’aime le projet, les conditions sont normales - et il est si rare aujourd’hui de jouer dans ses conditions. Hier ma fille est née et je pars pour aller faire du théâtre ailleurs, ah cruelle réalité !

13 avril - départ et arrivée à Brest

Je suis avec la comédienne, Alice, elle conduit car je suis naze, alors je prends des photos, et ces quelques jours à Brest vont être l’occasion de prendre des photos de tout et n’importe quoi, pour voir, pour ce journal, ce blog dont je ne sais pas trop encore l’intérêt qu’il peut avoir.

La route est longue mais heureusement la radio et la cassette enregistrée pour l’occasion nous tiennent compagnie. Au menu Lavilliers, une de Leprest, Loïc Lantoine, un peu de Nougaro et Jean Guidoni avec son dernier album magnifique.

Le temps est pas terrible, et ce n’était qu’un début. Il y a une triste règle, au moins valable pour moi, quand je suis en répétition il fait beau et dès que j’ai du temps il pleut. A Brest il pleut tout le temps, dit-on, ce n’est pas vrai, quand nous répétions pour des réglages il faisait beau.

Je profite d’un arrêt dans une station essence pour faire ces deux autoportrait dans les W-C. Là je me rend compte de ma coupe de cheveux, et qu’il va falloir trouver un coiffeur à Brest, l’arrivée de ma fille a chamboulé mon emploi du temps déjà maigre en soi et que je n’arrive pas à gérer.

Arrivé à Brest, découverte de l’espace que je connaissais déjà pour avoir présenté une lecture de "Ce soir je n’ai pas peur" en 2003 et y avoir vu quelques spectacles aussi. La générale sert à recaler nos déplacements, j’ai l’impression d’être le seul à stresser comme un malade, décidément je préfère écrire du théâtre qu’en jouer.

Je vous passe les notes de la générale dans un bar à côté de l’Hotel... dans une ambiance bien calme d’une salle presque vide.

{process=oui}