sprechgesang
Accueil du site > Les auteurs > Erwan Tanguy > Blog > Humeurs > La tête mais mon esprit

La tête mais mon esprit

lundi 28 août 2006, par Erwan Tanguy

http://www.krnk.net/spip.php?article55#forum73 La tête mais mon esprit Face à son reflet, face à sa tête, essayer de ne plus dissocier le reflet de l’original, tête civile et tête d’écriture...

Je suis dans une cabine, je suis agent de sécurité, et pendant mes longues nuits j’écris, je travaille, je lis, et il y a un gouffre entre l’écriture et le civile, un gouffre effrayant...

- Tu es là pour remplacer ou pour longtemps ?

- Pour remplacer

- Etudiant ?

- Non, auteur de théâtre

- Ah, ça nourrit pas

- Hé oui

Et ils repartent dans l’usine, les 3/8 ici, il y a toujours du monde, sauf le samedi. J’y ai passé des samedis interminables sous la chaleur de juillet. Et comment je plonge ma tête dans mes textes en cours, mon projet avec un danseur et un acteur, avec France Q en fond sonore, ou un temps l’Abécédaire de Deleuze en audio. Ici je mets à vue et à oreille la fracture entre mon civil et mon écriture, je la nomme presque, mais cela je ne l’écris pas. Pourquoi ? Je ne sais pas écrire ça, je demeure étranger à moi-même, je suis un agent de sécurité fantôme, mes pensées sont ailleurs. Comment expliquer mon étrange sentiment de honte quand je passe dans les unités de production lors de mes rondes, pendant que les ouvriers travaillent. Il est 10h, 00h ou 2h, 5h, le jour se lève, une nouvelle équipe de production arrive. Je suis à côté du monde, je le vois s’agiter devant mes yeux, je surveille, d’un oeil faillible, qui recherche l’obscurité des salles de théâtre.

{process=oui}