sprechgesang

2

jeudi 26 mai 2005, par Erwan Tanguy

"Votre billet s’il-vous-plaît"

C’est ainsi que je me réveille pour la deuxième fois dans un train. Un train qui me ramène d’où ?

Et ce "où", je me fous de savoir le nom de la ville, je préfèrerais m’en souvenir, pas de petites images ou de cartes postales, souvenirs au rabais, me souvenir de ce que j’y faisais : où ai-je mangé ? quelles sensations me reste-t-il ? etc. Rien.

Mon premier retour : réveil brutal dans un compartiment de train par la secousse pointue d’un coude appartenant à une dame d’un certain âge, de fait ma voisine durant ce voyage. Mon regard surpris, la surprise de me trouver dans un train sans me souvenir y être monté, elle a cru que je questionnait son geste et s’expliqua assez sèchement : "Vous ronflez !"

Maudit train où m’emmènes-tu ?

Un billet dans une poche, je rentre chez moi. Je ne me souvenais pas en être parti, pas vraiment, car je n’arrivais pas exactement encore à saisir quel était mon dernier souvenir avant le gouffre, je ne délimitais pas quelles en étaient les limites. Je m’en approche chaque jour un peu plus, mais un nouveau gouffre se rajoute maintenant à ce premier.

Ces deux villes d’où je venais, d’où je viens, j’y suis allé, peut-être oui, quelques images me reviennent, places, rues, regards, un hôtel pour chacune des deux villes, des visages, mais de quand cela date-t-il ? Je laissais, le temps du trajet, les questions en suspension, attendre d’être rentré pour calendrier en main refaire ce voyage, en partant du dernier moment dont je me souvienne. Et je m’apprète maintenant à refaire cet exercice pour la deuxième fois, sans aucun résultat.

{process=oui}