sprechgesang

La Cligne, 1995

lundi 12 août 1996, par Erwan Tanguy

Voir en ligne : lien vers le texte en PDF

Extrait

III

et dans les rues by night les yeux s’étincellent
ça cligne des paupières sur les jambes des femmes
ne reste pas là elles t’appellent sors la monnaie
c’est mieux que rien quand il y a urgence
tu dis non mais cesse de penser à ce néon
piétinons en rythme dans les boites de nuit
faisons semblant d’y croire ça vaut bien une suée
à la danse aux redards à la sensualité à la séduction
il faut assouvir nos corps pour oublier
cette mélancolie du néon ça n’a pas de sens

{process=oui}