sprechgesang
Accueil du site > Les auteurs > Erwan Tanguy > Théâtre > Au bout du voyage, Les expatriés 1 - (...)

Au bout du voyage, Les expatriés 1 - 2004

jeudi 12 août 2004, par Erwan Tanguy

Voir en ligne : lien vers le texte en PDF

Trois femmes qui voyagent. Elles disent sans arrêt « Je ne dors pas je ne suis pas morte » pour elle-même.


Extrait de la pièce

Femme 1
Je ne peux plus vous suivre

Femme 2
Nous allons trop vite ?

Femme 1
Oui aussi.

Femme 3
Tu as l’air perdue !

Femme 1
Complètement. Je ne comprends plus rien. Et où nous emmène-t-il celui-là. Il m’a semblé lui avoir parlé. Je veux dire avant je lui ai parlé non ? J’ai vécu quelque chose avec lui. Ou pas. Qui est-il ? Il nous trimballe à droite à gauche. Des histoires incompréhensibles se mélangent. Vous aussi vous changez. Là il faut que je me repose. Maintenant tout de suite. Que je reprenne mes esprits.

Femme 2
De quoi parles-tu ?

Femme 3
Il nous emmène où nous voulons. Nous lui avons demandé et il nous fait passer.

Femme 1
Sur l’autre rive.

Femme 3
De l’autre côté. Peu importe le côté de quoi et ce que nous traversons. Le voyage est long. Il faut bien s’occuper.

Femme 2
Nous parlons c’est tout. De qui nous sommes en vrai ou en faux. Nous nous amusons.

Femme 1
Ça ne m’amuse plus. Je veux attendre ici. Que quelqu’un passe, qu’il me prenne avec lui, ailleurs, je ne me souviens plus des raisons de ce voyage.

Femme 3
Cela fait longtemps que nous les avons oubliées les raisons de ce voyage.

Femme 2
Je ne me souviens que d’une chose, je fuis. Qui ou quoi je ne sais plus. C’est dans l’estomac le souvenir. Dès que je m’arrête j’ai mal au ventre. Et lui plutôt qu’un autre pourquoi pas. Il n’est pas bavard, ni oppressant, il nous emmène d’un point à un autre.

Femme 1
Depuis combien de temps il nous trimballe ? D’où sommes-nous parties ? Je n’ai plus que des questions, des trous, plus aucune image d’avant, je crois l’avoir connu dans un autre temps, mais est-ce lui, ou toutes ces histoires se mêlent-elles au peu de souvenirs. A mon désir de souvenir.

Femme 3
C’est un long voyage. Je ne saurai te dire si nous en avons fait la moitié. Sans doute.

Femme 2
C’est vrai je ne sais plus non plus où nous voulons aller. De l’autre côté c’est quoi déjà.

Femme 3
Notre liberté, je me dis ça pour tenir.

Femme 1
Il pourrait nous le dire non où nous allons. Si ça se trouve nous l’avons même payé pour ce voyage, pour qu’il nous guide.

Femme 3
Oui ça je m’en souviens. Tout le temps que j’avais économisé pour ce voyage.

Femme 2
Alors dis-le nous où nous allons.

Femme 1
Il ne répond pas.

Femme 3
Il n’a jamais répondu.

Femme 1
Alors moi je m’arrête. Je dors au moins jusqu’à ce que le sommeil soit rassasié.

Femme 3
(elle prend l’homme-marionnette) Alors où allons-nous ?

Rien

Femme 2
Je ne sais pas pourquoi mais j’ai le pressentiment que c’est ma faute. J’ai toujours vécu avec des hommes muets. Je n’inspire pas la parole.

Femme 3
Tu ne peux pas dire que tu vis avec lui. Ou tu nous caches des choses.

Femme 2
Non je ne vous cache rien, ne me regardez pas comme ça. Je culpabilise déjà assez. Je crois que ma présence suffit pour qu’il demeure silencieux.

Femme 1
Va-t-en alors !

Femme 3
Oui éloigne-toi un moment. Sors d’ici. Juste le temps qu’il nous parle. Nous irons te chercher. Quoiqu’il dise.

Femme 1
Ou pas. Mais je n’irai pas te chercher. Quoiqu’il dise ou pas, je reste ici. Je ne bouge plus.

{process=oui}